S-mètre

Le S-mètre est un instrument de mesure qui donne la puissance relative d'un signal reçu par un récepteur radio. Cet indicateur équipe les récepteurs radio de trafic à usage professionnel ou radioamateur.



Catégories :

Radioamateurisme - Instrument de mesure électrique - Appareil électronique - Électronique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le S-mètre est un instrument de mesure servant à visualiser la puissance du signal reçu par un récepteur radio. Cet indicateur est installé dans les ... (source : techno-science)
  • Le fait de connecter le casque alimente le récepteur. Le S-mètre est branché sur ... Une fois le récepteur terminé, recevoir le signal d'un émetteur sur .... Puis l'oscillateur variable et l'oscillateur à quartz avec un récepteur radio.... (source : f1nqp)
  • Assistances · GUIDE ASSISTANCE RADIO CB · Les contrats d'assistance · Le bénévolat... Le S-mètre est monté sur l'ensemble des TX. Il sert, avec son échelle du haut, à évaluer exactement la valeur Santiago du signal reçu.... à l'entrée du récepteur avec un niveau de - 73 dBm (73 décibels en-dessous du milliwatt).... (source : ffcbl.celeonet)
Œil cathodique AME RR10B
S-mètre Collins

Le S-mètre est un instrument de mesure qui donne la puissance relative d'un signal reçu par un récepteur radio. Cet indicateur équipe les récepteurs radio de trafic à usage professionnel ou radioamateur.

Présentation

S-metre.jpeg

Appellation

S mètre est la traduction française de l'expression anglaise S meter abréviation de Signal strength meter.

Unités de mesure

La force d'un signal au niveau de l'entrée antenne d'un récepteur radio peut être exprimée :

Forme

Un S-mètre peut être constitué par :

Niveau de mesure

Classiquement la mesure est effectuée à partir du circuit du contrôle automatique de gain (CAG). En effet la tension de CAG est approximativement une fonction logarithme de la tension du signal détecté.

Unité S

L'échelle de force d'un signal radio exprimée en points "S" a été conçue par Arthur Braaten, un radioamateur américain (W2BSR) [4] et diffusée par l'ARRL[5] pour la première fois dans la revue QST d'octobre 1934. La puissance de réception est appréciée par l'opérateur et chiffrée de 1 à 9[r 1] ; 1 correspondant à un signal particulièrement faible à peine audible au casque, 6 à une écoute correcte casque aux oreilles, 9 à une réception particulièrement confortable sur haut-parleur[r 2].

Par la suite, l'Union Internationale des Radio Amateurs (IARU) Région 1 a édicté une recommandation technique fixant la valeur des points S pour les récepteurs HF[6] et VHF/UHF[7] en 1981 et 1990.

Sur les bandes HF, cette recommandation préconise de fixer le point S9 à un niveau d'entrée d'une puissance de -73 dBm, soit l'équivalent de 50 µV à l'entrée antenne du récepteur, pour une impédance de 50 Ω.
Selon cette recommandation, entre deux points S successifs correspond un rapport de puissance de 6 décibels (dB), soit, approximativement, un rapport de puissance de quatre ou un rapport de tension de deux (cf tableau de correspondance ci-dessous). Les mesures supérieures à S9 sont données en dB au-dessus de S9, exemple «S9 +50 dB».

Correspondance
points S / μV (50Ω) / dBm
Points S μV (50 Ω) dBm
S9 50.2 -73
S8 25.1 -79
S7 12.6 -85
S6 6.3 -91
S5 3.2 -97
S4 1.6 -103
S3 0.8 -109
S2 0.4 -115
S1 0.2 -121

Sur les bandes VHF/UHF, cette recommandation préconise de fixer le point S9 à un niveau d'entrée d'une puissance de -93 dBm, soit l'équivalent de 5 µV à l'entrée antenne du récepteur, pour une impédance de 50 Ω.

Bibliographie

Notes

  1. dBm = décibels au-dessus d'un milliwatt. La puissance de référence est 1 mW
  2. La zone lumineuse fluctue selon la force du signal reçu. Le dispositif est imprécis mais forme un bon indicateur visuel d'accord
  3. A. M. E. 7G-1480 : récepteur professionnel de trafic ondes courtes, à tubes, construit par les Ateliers de Montages Electriques, entre 1950 et 1960
  4. Cette échelle S fait partie d'un code à trois chiffres, le code RST, mis au point par Arthur Braaten et conçu pour noter la réception d'un signal radio
  5. American Radio Relay League, l'association officielle des radioamateurs aux USA
  6. Fréquences inférieures à 30 MHz.
  7. Fréquences supérieures à 30 MHz.

Références

  1. Édouard Cliquet, op. cit. p. 49-50
  2. Article d'Arthur Braaten, op. cit. p. 59-60

Voir aussi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/S-m%C3%A8tre.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu